Douze dates dont neuf complètes. Fort du succès de l’édition 2013, le Télérama Dub Festival va faire encore mieux cette année en ajoutant une supplémentaire pour mieux refléter l’évolution du dub, ce genre musical né des expérimentations de sorciers jamaïquains du son. Certaines étapes sont conservées (Paris, Marseille, Saint-Etienne, Montpellier, Bordeaux, Bourges) mais de nouvelles villes seront visitées (Lyon, Poitiers, Brest, Perpignan, Besançon, Lille).


La tendance actuelle est aux sound systems, qui fleurissent partout en France pour diffuser UK dub, roots, électro-dub... D’où le choix de célébrer cette culture et cette passion pour les basses gargantuesques lors de plusieurs nuits, dont une, gigantesque, aux Docks de Paris. Mais le festival n’oublie pas pour autant sa mission de découvreur en invitant de jeunes acteurs de la scène française. Ils seront nombreux cette année à assurer la relève avec des propositions variées.


L’« internationale dub » sera aussi bien représentée, avec des artistes en provenance d’Ecosse, d’Angleterre, de Pologne, de Suède, d’Allemagne, du Japon, des Etats-Unis, du Canada et de Jamaïque. Et puis, comme de coutume, le Télérama Dub Festival proposera des créations, projets parallèles (Berlin, le ciné-concert de Zenzile) ou rencontres inédites entre musiciens aventuriers : Ackboo/Bush Chemists, Kanka/Biga Ranx et, pour une nouvelle date, Brain Damage/Vibronics.

En somme nous avons souhaité ce volume 12 encore plus copieux et plus éclectique que d’habitude. Pour que nous soyons de plus en plus nombreux à célébrer cette musique physique, rassembleuse, festive et... consciente.


Frédéric Péguillan,

Rédacteur en chef délégué de Télérama Sortir

Directeur artistique du Télérama Dub Festival